Sis

Les étincelles de la pensée
Se posent en lumière soudaine
Sur les formes astrales

Les mots tombent
Au fil des temps

Des vers mourant
De ne pas être
De ne pas avoir

Une vérité
Que l'on fait entrer dans l'oubli

Les comptes détaillés
De mes sœurs

Considérant l'exploitation
Pièce par pièce
Du genre nouveau

Elles me deviennent vérité
Lors de leur entrée dans l'oubli

Condoleō

Si tu veux
Tourne-moi autour
D’hiver en hiver
Ne dis rien qui m’attire
De demain à hier
Multiplie tes pas
Aussi loin de moi
Si tu peux
Protège mes yeux
Des funestes ruines
Du désordre
Tombent l’air et l’espace
En terre
Et considère l’œil qui pleure

Les envolées

Un jour Mères
Dans des bains de jeunesse
Vous verrez naître des filles de personne
Elles allumeront telles des lucioles
Des cercles lumineux
Et déposeront les graines
De mauvaises herbes
Qui demain éveilleront
Dans la blancheur du soleil
Les âmes envolées