Les corps réfractaires

Approche-toi du sommet pour sentir l’ivresse 
Les poumons se gorgent d’air innocent
Qui gagne en symbole visionnaire
Et les retours de lumière
Frappent les lunes voilées
Je te tiens pour glorieux
Mais les formules apprises
Dans les temps anciens
N’enivrent que les éperdus
Et passé cette folie
Les pieds se recroquevillent
Dans des terres si molles
Que le corps tout entier
Abandonne une à une
Ses cellules réfractaires

3 réflexions sur « Les corps réfractaires »

Répondre à Corinne Freygefond Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s