Sans appel

Songe que demain t’appelle comme le chant du coyote
Crains de voir s’approcher l’interdit de naître encore une fois
Et regarde les galets revenir se coller à l’écume rageuse
La nuit se gorge de tant de bruit
De passages à la lanterne
Et demain s’offre à toi
Comme une plaine déridée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s